Nos tutelles

CNRS UT3

Rechercher




Accueil > Ressources

Laboratoires Paleogenetique et paleogenomique

par catherine Theves - publié le , mis à jour le

Laboratoires paléogénétique et paléogénomique

Deux laboratoires sont dédiés à l’étude de l’ADN ancien (humain et microbes) dans des environnements contrôlés sous pression positive.

L’équipe

L’équipe dédiée aux recherches en paléogénétique, paléogénomique et paléoprotéomique inclue 2 chercheurs CNRS (DR2 and CR1), un ingénieur de recherche CNRS (IR2), et deux techniciennes Université Paul Sabatier (TCH CN).
Actuellement, deux doctorants sont impliqués dans les projets en cours, (Ecole doctorale biologie-sante-biotechnologies, Toulouse) et un master 2 chaque année académique
Depuis 2012, l’équipe travaille au développement d’études en séquençage haut débit en parallèle d’études en paléogénétique plus conventionnelles sur des échantillons anciens. Celles-ci sont réalisées grâce aux locaux et équipements disponibles à la faculté de médecine, 37 allées jules Guesde et en partenariat avec les plateformes de séquençage et bio-informatique de Toulouse. La mise en place et les premiers résultats sur ce sujet sont acquis et seront bientôt publiés.

Le site de Toulouse dispose de nouveaux locaux et laboratoires (livrés à la fin de 2013 et début 2014 ) pour l’équipe travaillant sur paléogénétique et palaeogenomics sur la Faculté de médecine, 37 allées Jules Guesde .
Le laboratoire d’ ADN ancien est composé de deux installations réparties en 4 zones : une entrée SAS, un local technique, une salle d’ extraction et une salle pré- PCR et de préparation des librairies.

Différents espacés dédiés au nouveau laboratoire de Paléogénétique (Batiment A). 1 : salle technique pour la préparation des échantillons ; 2 : préparation des échantillons en conditions contrôlées ; 3 : salle d’extraction ; 4 : salle pre -PCR

L’état de dégradation de l’échantillon nécessite la prise de précautions importantes afin d’éviter toute contamination par de l’ADN moderne qui fausserait les résultats des expériences. De ce fait, il est essentiel de travailler dans une "salle blanche", environnement contrôlé avec pression (PPE) spécifique. Un second laboratoire sous environnement contrôlé de type P2, dédié à l’étude de l’agent pathogène en ancien, est opérationnel depuis 2014 et également construit sur ​​4 espaces.

Evolution : Des extensions sont planifiées pour le laboratoire pour fin de 2016.