Nos tutelles

CNRS UT3

Rechercher




Accueil > actualités

Clio Der Sarkissian, nouvelle chercheure à AMIS

publié le , mis à jour le

Clio Der Sarkissian a été recrutée en tant que Chargée de Recherche au CNRS (section 29 de l’INEE) au sein de l’équipe AGES du Laboratoire AMIS.
Elle se présente ici :

Je m’intéresse à l’histoire génétique des espèces et des populations du passé depuis la thèse de doctorat que j’ai obtenue à l’Australian Centre for Ancient DNA à l’Université d’Adélaïde en Australie. Dans cette thèse, j’ai étudié l’origine génétique de divers groupes humains anciens d’Europe et leurs relations à d’autres populations du passé et du présent.
J’ai poursuivi mes recherches en tant que post-doctorante au Centre for Geogenetics à l’Université de Copenhague au Danemark. Là, j’ai pu explorer la grande diversité des applications que permettent les nouvelles technologies de séquencage ADN à haut-débit dans le domaine de l’ADN ancien. Je m’y suis intéressée à la génomique des équidés, la famille des chevaux, à différents temps de leur évolution. J’ai aussi participé au développement d’outils informatiques permettant d’automatiser l’analyse des micro-organismes présents dans les restes anciens ou les échantillons environnementaux. Par exemple, ces méthodes rendent possible la détection de pathogènes et la caractérisation de communautés microbiennes.

J’ai finalement combiné la génomique ancienne et l’étude des communautés microbiennes avec un troisième axe de recherche qui a permis de démontrer que de l’ADN ancien pouvait être récupéré et analysé à partir de coquilles de mollusques marins aussi vieux que 7.000 ans. Les coquilles, qui se retrouvent en grandes quantités dans les sites archéologiques, les sédiments et les collections de musées, se sont révélées être de véritables archives du passé contenant des informations génétiques sur les mollusques eux-mêmes, mais aussi sur leurs pathogènes et les micro-organismes de leur environnement.

Image. Coquilles de moules Mytilus sp. (Crédits : Clio Der Sarkissian)

En Septembre 2017, j’ai quitté le Danemark pour rejoindre le laboratoire AMIS avec un financement européen Marie Skłodowska-Curie. Je contribue à un projet multi-disciplinaire "ELITE" visant à retracer l’histoire de la population Yakut. L’objectif est de caractériser l’impact sur leurs génomes, épigénomes, microbiomes et éventuels pathogènes, de la colonisation par les Russes initiée au 17ème siècle. Ce projet se base sur les analyses paléogénomiques de restes momifiés mis au jour et analysés par une équipe d’archéologues, anthropologues, généticiens et médecins légistes des Missions Archéologiques en Sibérie Orientale, un programme dirigé par le laboratoire AMIS depuis 2002 (http://amis.cnrs.fr/?Programme-Siberie-et-steppes-eurasiatiques&lang=fr).

Dans le cadre de mon recrutement en tant que Chargée de Recherche au CNRS, je continuerai à participer aux activités de l’unité tout en développant le potentiel de l’ADN ancien de coquilles de mollusques pour l’étude de l’impact des changements environnementaux (ex. température, salinité, pollution) sur les populations marines et côtières.